english

Projet scientifique

Nos travaux s’organisent autour de différents axes :


Développement de molécules vectrices : Nous avons breveté fin 2014 un anticorps monoclonal (AcM) dirigé contre le récepteur de l’hormone anti-Müllérienne (MISRII) surexprimé dans les cancers de l’ovaire. Dans le cadre d’un partenariat industriel nous participons également au développement d’un AcM anti-CD37 dirigé contre les cellules de lymphomes B non Hodgkinien. Enfin dans le cadre d’une collaboration académique nous développons une approche de pré-ciblage en deux temps (utilisant la chimie bio-orthogonale) des cellules de cancer colorectal exprimant l’antigène carcinoembryonnaire (CEA).

 

Mise au point de radiopharmaceutiques : Les molécules vectrices développées sont ensuite couplées soit à des radionucléides émetteurs béta (177Lu), alpha (212Pb/212Bi, 213Bi) ou Auger (125I, 195mPt) utilisés à des fins thérapeutiques ou à des radionucléides émetteurs gamma ou béta + (89Zr, 111In) à des fins diagnostiques.

 

Evaluation de la qualité du ciblage : Le nouveau radiopharmaceutique est évalué en tant qu’outil diagnostique ou thérapeutique à l’aide de techniques d’imagerie utilisées à l’échelle cellulaire (immunofluorescence), tissulaire (autoradiographie digitale) ou de l’organisme (SPECT/TEP).

 

Etude des mécanismes radiobiologiques mis en jeu : L’optimisation des traitements par radiothérapie vectorisée nécessite de comprendre le mode d’action des rayonnements ionisants dans un contexte d’irradiation à faible débit de dose, prolongée sur plusieurs jours et délivrant des doses très hétérogènes dans l’organisme, les tissus et jusqu’à l’échelle cellulaire. Nous nous intéressons en particulier à la contribution des effets directs (purement radiatifs) et indirects (ou « bystander »). Ces derniers sont observés à distance des cellules irradiées dans des zones non directement exposées aux rayonnements. Ces deux types d’effet participent à l’efficacité thérapeutique et mettent en jeu des phénomènes de stress oxydatif radioinduits (effets ciblés) ou au caractère chronique pour les effets bystander. Nous avons en particulier mis en évidence l’implication des radeaux lipidiques membranaires dans l’action de la radiothérapie vectorisée Auger ciblant la membrane des cellules tumorales. 

 

Evaluation de l’efficacité thérapeutique : à l’échelle cellulaire comme tissulaire et des organismes, la recherche d’un gain thérapeutique élevé grâce aux nouveaux radiopharmaceutiques développés reste notre objectif premier..


Brevets :
1. INSERM 14307015 (12/2014)
2. INSERM/LFB 11 624 24 (12/2011)
3. INSERM/LFB 06 291 703.4 (05/2010)

 

 

© Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier - 2011 - Tous droits réservés - Mentions légales - Conception : ID Alizés