english

Projet scientifique


L’objectif principal de l’équipe est de décrypter les mécanismes de la signalisation hormonale par les récepteurs nucléaires (RNs) impliqués dans la croissance des cancers hormono-dépendants (sein et prostate), problèmes majeurs de santé publique.

Dans la continuité des résultats obtenus, nos projets portent sur deux types de régulateurs de l’activité des RNs : les ligands environnementaux et les corégulateurs transcriptionnels.

Le premier aspect vise à identifier des perturbateurs endocriniens capables d’interférer avec la signalisation hormonale. Ces molécules issues de différents échantillons environnementaux ou biologiques (eaux et sédiments de rivières, tissu adipeux de patientes atteintes de cancer du sein) seront caractérisées à l’aide des modèles cellulaires bioluminescents que nous avons développés. Les différents composés actifs identifiés seront également étudiés in vivo après implantation des lignées bioluminescentes sur souris nues.

Le second volet porte sur le contrôle de l’activité des récepteurs nucléaires et, plus particulièrement, sur l’étude du cofacteur
transcriptionnel RIP140 :


(1) décryptage du mécanisme d’action de RIP140 au niveau transcriptionnel (régulation de l’activité des RNs et d’autres facteurs de transcription, recherche de partenaires effecteurs),

(2) étude du contrôle de l’expression du gène RIP140 (transcriptionnel et post-transcriptionnel) et de l'activité de la protéine (rôle des modifications post-traductionnelles),

(3) caractérisation des altérations du gène RIP140 (perte d’hétérozygotie et analyse des polymorphismes dans différents types d'échantillons biologiques),

(4) étude du rôle de RIP140 dans les cellules cancéreuses (régulation de la prolifération et du cycle cellulaire, identification de gènes cibles) et au niveau de l'animal (transgenèse chez la souris et étude de l’impact sur la formation de tumeurs au niveau de la glande mammaire et de la prostate).

La finalité de nos recherches est d’améliorer la connaissance des mécanismes moléculaires par lesquels les hormones sexuelles contrôlent l'expression des gènes cibles et la croissance des tumeurs mammaires et prostatiques. Les résultats attendus et les retombées en cancérologie sont divers et concernent les points suivants :
  • Caractérisation de nouvelles molécules-ligands capables d’activer les récepteurs nucléaires et de participer activement au processus de cancérogenèse avec des retombées évidentes en terme de thérapie et de prévention des risques cancérigènes
  • Décryptage des mécanismes moléculaires de la signalisation hormonale transcriptionnelle et amélioration de la connaissance des effets mitogènes des hormones et des causes de l’apparition du phénomène de résistance aux antihormones
  • Identification de nouveaux marqueurs diagnostic et/ou pronostic pour le traitement des cancers hormono-dépendants et à plus long terme, mise en place de nouvelles combinaisons d’agents thérapeutiques pour une meilleure efficacité d’inhibition de la prolifération des cellules cancéreuses.
© Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier - 2011 - Tous droits réservés - Mentions légales - Conception : ID Alizés