english

Projet scientifique

  

     La polarisation apico-basale des cellules épithéliales est déterminée par la ségrégation asymétrique de complexes protéiques conservés au cours de l'évolution (Fig. 1). Ces dernières années, différentes études ont révélé une association entre cancers et perte de polarité épithéliale. Cependant, les mécanismes par lesquels les déterminants de polarité contrôlent la prolifération cellulaire, l'adhésion, et les processus d'invasion, sont encore mal compris.

     La prolifération des cellules tumorales est fréquemment la conséquence d'une activation des voies de signalisation, comme les voies RTK, Wnt, TGF-b, ou Notch. La voie Notch est très conservée au cours de l'évolution, et des mutations de la voie Notch sont retrouvées dans plusieurs cancers tels que les leucémies lymphoïdes sévères à cellules T, mais aussi dans de nombreux cancers épithéliaux comme certains cancers du sein ou des poumons, aboutissant le plus souvent a une hyper-activation de la voie (Fig. 2).

     La mouche Drosophila melanogaster s'est révélée être un organisme modèle puissant pour l'étude des aspects fondamentaux des cancers. En effet, il existe des homologues de drosophile pour presque tous les gènes impliqués dans les cancers chez l'homme. La drosophile présente en outre un génome compact avec très peu de redondance en comparaison des génomes mammifères. Il existe par ailleurs des outils génétiques multiples chez la drosophile qui permettent l'étude fonctionnelle de presque tous les gènes du génome. Finalement, il est possible de générer des clones de cellules mutantes dans un organisme autrement sain, récapitulant ainsi chez la mouche ce qui se passe chez l'homme lorsque des clones de cellules acquièrent des mutations cancérigènes.

 

     Notre groupe utilise la mouche drosophile comme organisme modèle pour étudier certains des mécanismes fondamentaux des carcinomes. Notre recherche est axée sur deux principales questions:

1) quels sont les gènes cibles activés par la voie de signalisation Notch responsables de la prolifération cellulaire?

2) quel est le lien entre perte de polarité épithéliale et cancers?

 

© Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier - 2011 - Tous droits réservés - Mentions légales - Conception : ID Alizés